Battle Royale : Next Génération Index du Forum
FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privésConnexion   S’enregistrer
Auteur Message
<  Repos !
Anne Dorval
MessagePosté le: Mer 10 Déc - 23:46 (2008)  Repos ! --> Répondre en citant

Hors ligne
Militaire Recrue
Militaire Recrue


Inscrit le: 09 Avr 2008
Messages: 15
Barre De Vie:
Barre de Stress:
Arme: Famas
N°: 0
Meurtrier
Message RP: 15
Moyenne de points: 1,00

Après avoir fait leur quota pour la journée, les deux élèves accompagnés des recrues se dirigeaient vers un endroit où se reposer. Anne était en tête de file et avançait d’un pas décidé, allant droit devant elle et jetant des regards suspicieux aux alentours. Ces enfoirés ne rigolaient pas et s’étaient vraiment pris au jeu.

Elle jeta un coup d’œil aux deux élèves et à sa coéquipière. Deborah suivait le pas, mais le binôme semblait un peu fatigué, stressé surtout.

Ils passèrent devant un collège. Au départ, la québécoise crut qu’il s’agissait d’un centre pour délinquants, il y aurait donc des lits et de quoi se poser. Mais lorsqu’elle vit qu’il s’agissait d’un collège, elle préféra passer son chemin. Il fallait trouver une maison. Et un peu plus loin, ce n’était pas ce qui manquait !

Anne jugea les maisons. S’ils se cachaient dans une maison trop grande et trop belle, les autres élèves penseraient forcément qu’ils s’y cacheraient, en quête de confort et d’espace. Si elle était trop petite, les autres élèves penseraient forcément qu’ils chercheraient à éviter les grandes maisons pour les raisons citées plus haut… Il fallait donc choisir entre quelques maisons banales.

Peut-être que je réfléchis trop… Il faut pas devenir parano comme Bryan ! Bon ben mon choix est fait : il faut qu’on aille dans celle-là.

Elle fixait une maison qui n’avait franchement rien d’extraordinaire, et c’était ça qu’elle recherchait ! Maintenant, il fallait que le reste du groupe soit d’accord. Elle leur jeta donc un regard interrogateur, les regardant un à un pendant à peine une seconde, et ouvrit le portail sans se demander s’ils étaient d’accord ou non. Après tout, c’est BR ! On ne va pas jouer les difficiles, surtout lorsqu’on risque de se faire tuer à tout moment.

Le portail n’était pas fermé, ce qui lui semblait bizarre… Elle raffermit donc la prise sur son arme et visa la porte. En s’approchant de la porte, elle posa sa main sur la poignée et tenta de l’ouvrir. Fermée…

Et merde…

La jeune fille posa ses pieds sur quelque chose de dur. Apparemment, il y avait quelque chose en-dessous du paillasson… Elle se baissa et ramassa des clés ! Ah bah voyons, quel classique ! Mais au moins, elle n’aurait pas à casser une fenêtre (bien que ça ne la gêne pas, ayant été une délinquante toute sa vie) ou pire : chercher une autre maison… S’ils devaient s’y prendre comme ça, ils y seraient encore à la fin du jeu !

Une fois tout le groupe à l’intérieur, elle referma la porte à clé et verrouilla toutes les entrées. Le salon était plus grand que ce qu’elle croyait. Comme quoi les apparences sont vraiment trompeuses, parfois.

Bon… Je suppose que vous voulez dormir. Allez-y, de toute manière je ne suis pas fatiguée. Toi aussi Super-Butch.


Anne resta en bas, sur le canapé, son Famas en main. Deborah partit au premier étage et s’endormit rapidement, pour plus vite oublier les cadavres et se remettre de ses émotions…

La blonde fixait l’écran de la télévision qui se tenait devant elle.

Pff… C’est dans ce genre de situation que j’aimerais qu’il y ait du courant dans c’te crisse de village !

Elle monta discrètement à l’étage et prit un… « manga ». Pff ! Anne avait horreur de ça ! Le Japon l’insupportait de toute manière, leurs looks étaient trop voyants. Ils se prenaient trop la tête niveau fringues ! Anne, elle, prenait ce qui lui tombait sous la main, se coiffait les cheveux à la main histoire ne pas ressembler au roi lion, et elle était prête !

Regarde-moi les nichons de celle-là ! Les japonaises ont vraiment des seins comme ça ? Ca m’étonnerait. Même les miens sont plus petits.

Anne regarda sa plate poitrine… De toute façon, elle n’avait jamais cherché à la montrer. Elle trainait toujours avec des mecs, et savoir que ses potes pouvaient la regarder, c’était insupportable. Elle ne voulait pas être la fille du groupe, la douce jeune fille qui apporte un peu de douceur dans un groupe de brutes. Non, elle aussi c’était une brute !

Rho ça me gave !

Elle lança le manga contre le mur et celui-ci finit sa course au fond de la pièce. Son Famas était beaucoup plus attractif. Elle le prit et fit mine de tirer sur un ennemi invisible, fermant un œil pour mieux viser et imita le bruit du tir.

Mon dieu, je m’ennuie tellement que j’aimerais que des élèves se ramènent, juste pour qu’il y ait un peu d’action ! Tuer, ça peut être divertissant. Et puis ce serait au profit de Bryan et Emi. Alors pourquoi pas ?

La militaire se coucha sur le canapé et souffla un coup. Elle s’ennuyait mais il fallait qu’elle monte la garde. Et savoir que quelqu’un pouvait entrer à tout moment la maintenant éveillée.
_________________


Revenir en haut
Publicité
MessagePosté le: Mer 10 Déc - 23:46 (2008)  Publicité -->






PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Emi O'Connor
MessagePosté le: Ven 19 Déc - 09:51 (2008)  Repos ! --> Répondre en citant

Hors ligne
Elève
Elève


Inscrit le: 17 Avr 2008
Messages: 18
Barre De Vie:
Barre de Stress:
Arme: Bâton taillé en pointe
N°: 2
Menu: 1 bouteille de vin blanc, 1kg de frites surgelées
Binome: Bryan Mc Leod
Victimes: 0
Parano
Point(s) Fort(s): Endurance, Maniement d'arme blanche, Chanceux
Point(s) Faible(s): Faiblesse, Vulnérable, Incapacité a utilisé une arme a feu, Bruyant
Message RP: 17
Moyenne de points: 0,94

Ils étaient mort, vraiment mort, des élèves de leur classe venaient d'être tuer sous ses yeux. Elle n'avait rien fait, rien du tout, elle avait simplement regarder, et attendu. Rien d'autres. Tout était flou dans son esprit, tandis que le corps du binôme décédé gisait non loin. Le regard de la fille la fixait, un regard vide, plus aucune vie ne circulait dans ce corps. La volontaire ne s'animerait plus jamais. Emi sentit des frissons lui parcourir tout le corps, elle ne savait pas quoi faire, son cerveau allait exploser si elle n'allait pas se reposer dès maintenant. Malgré qu'elle savait qu'elle ne s'endormirait pas. Le regard de l'adolescente aux cheveux blonds se tourna vers Bryan pendant une fraction de seconde. Pourquoi avait-elle envi de fuir tout à coup ?

Mais, elle n'en fit rien. Elle était bien trop épuisé moralement pour s'enfuir, et si elle le faisait, elle savait qu'elle mettait en danger la vie de son binôme. Son... binôme. C'était un meurtrier, hein ? Elle en était sur, il avait fait exprès d'agir ainsi pour attaquer cette volontaire sournoise... Mais, au fond, peut être cherchait-il tout simplement à protéger les deux militaires et elle ?

Non.. Non... Impossible. Elle était sur que ce n'était pas ça. Il y avait pleins d'autres choses, des raisons qu'elle n'arrivait pas à trouver et qu'il fallait qu'elle découvre seule... Seule... Elle en avait assez de se sentir seule alors qu'elle était entourée. Elle était mise en arrière, parce qu'elle était faible, et qu'elle n'était pas capable de tenir une arme... Elle savait se battre elle aussi, avec une arme blanche, elle pouvait être très forte... C'était comme ça qu'elle raqueter certains gamins par le passé...

La jeune fille plissa les yeux d'effroies tout en regardant autour d'elle, son corps tremblait, et son coeur battait à 200... Enfin. Elle n'était pas apte à savoir à combien battait son coeur, tellement elle était concentrée sur ces deux cadavres. Mais très vite, son regard fut détourner du spectacle, elle devait suivre les deux militaires, et activement.

Elle avait peur. Trop peur. Qu'elle était incapable de dire un mot une fois de plus. Elle n'osait même plus regarder Bryan. Parce qu'elle avait l'impression que c'était lui l'assassin. Quant à Anne, elle était folle. Simplement folle. Elle avait tuer, et cela ne semblait pas la remplir de remort. Elle se fichait d'avoir tuer des gens, elle semblait même très heureuse...

La belle blonde suivit le petit groupe, elle était toujours en arrière, ses pieds traînaient sur le sol. Elle fixait ce dernier avec horreur, comme si un des cadavres les suivaient de près. C'était horrible, et elle en frissonna de peur.

Elle voulait courir en hurlant, mais rien de cette peur constante n'osait sortir. Elle avait trop peur pour faire quoique ce soit. Seulement, une envie la prit, tandis qu'il passait près des maisons. Elle regarda Bryan qui lui tournait le dos, lentement, sa main s'était approché de l'arme à feu qu'il tenait toujours entre les mains. Mais, dès l'instant où elle faillit frôler le métal, sa main retomba, et ses pupilles reprirent leur taille normale. Le petit groupe était rentré dans la maison, et Emi, tel un mort vivant, les avait suivit. Elle était entrer dans la baraque et c'était installé dans la petite cuisine. Ses bras lui servirent de coussin et elle s'endormit ainsi en marmonnant :

" Assassin... "
Revenir en haut
Bryan Mc Leod
MessagePosté le: Sam 3 Jan - 17:14 (2009)  Repos ! --> Répondre en citant

Hors ligne
Elève
Elève


Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 35
Barre De Vie:
Barre de Stress:
Arme: Skate ; Vibromasseur
N°: 2
Menu: 1 bouteille de soda, Un gâteau d'anniversaire
Binome: Emi O'Connor
Victimes: 2
Parano
Message RP: 31
Moyenne de points: 0,89

Depuis qu'ils avaient quitté la scène du crime Bryan marchait comme un robot. Il avait tué, non... plutôt exterminé un garçon de sa classe. Ce n'était pas le genre de mec qui aurait pu devenir son ami (qui l'aurait pu d'ailleurs ?) mais quand même... tuer était loin d'être un acte d'ordre moral. Surtout qu'il n'avait d'abord pas fait exprès de tirer et c'était sûrement ça le pire. « Excusez-moi mais j'ai tiré sans le vouloir, j'étais un peu sur les nerfs vous voyez et... »... un tel discours était pitoyable non ?

Et puis... il avait bien fallu mettre fin à la souffrance du pauvre mec, et ça volontairement cette fois. Comme on le faisait avec les biches qu'on renversaient sur la route parfois, sauf que ce n'était pas une bête, mais un homme dans son cas.

Il était devenu un meurtrier...

L'américain avait parcouru tout le chemin jusqu'à la maison sans toucher au FA-MAS, le laissant pendouiller au bout de sa lanière. Il ne pouvait regarder l'arme sans avoir un haut-le-coeur, sans parler de ses mains et ses vêtements tâchés de sang. Il ne savait plus quoi penser, l'attitude des recrues (surtout d'Anne) le déconcertait et Emi semblait en état de choc, tout comme lui.

Il fixa un instant ses mains saisies de tremblement et inspira profondément pour tenter de se calmer et de lutter contre la nausée qui lui prenait la gorge. Peine perdue.

Une fois à l'intérieur de la bâtisse il couru jusqu'aux toilettes, se laissa tomber à genoux devant la cuvette et vomit son maigre déjeuner. Une fois finit il releva son visage pâles aux yeux caves vers le plafond de la pièce et remarqua un aérosol désodorisant ainsi que de l'eau de javel sur une étagère, ce qui lui tira un sourire amer.

Ce que ça pouvait paraître dérisoire à présent ! Peur des microbes, alors qu'il en était à gerber à genoux dans les toilettes d'inconnus, le corps couvert de sang et de boue... ça semblait ridicule. Peut-être même que ça l'était au final.

Bryan se redressa sur des jambes flageolantes et tira la chasse, vidant les dernières réserves d'eau des toilettes puis, par acquis de conscience, pressa un peu le désodorisant pour masquer les effluves de sa faiblesse. Après un dernier regard à l'eau de javel le garçon sortit, laissant le bidon sur son étagère...

Il se dirigea ensuite faire la cuisine dans laquelle Emi s'était endormie et frissonna lorsque celle-ci murmura le mot « assassin » pendant son sommeil. Non... non il n'était pas un assassin. Il était victime de la situation... ils l'étaient tous. Enfin... on vivait mieux en voyant les choses sous cet angle. Bryan trouva sous l'évier une bouteille d'eau minérale et en prit une gorgée qu'il recracha dans l'évier, afin de faire partir le mauvais goût qui avait envahi sa bouche. Il en prit une seconde qu'il avala cette fois-ci dans une grimace avant de ressortir de la pièce après avoir tendue une main réconfortante vers Emi sans terminer son geste. Peut-être qu'elle avait peur de lui maintenant...

Il grimpa à l'étage à la recherche d'une salle de bain, sans faire attention au manège d'Anne qui semblait encore plus attaquée que d'habitude. Il ne faisait toujours pas confiance aux recrues, même si Deborah... semblait quelqu'un de plus raisonnable et loin d'être une traîtresse. Mais la blonde quant à elle semblait instable psychologiquement, comme si elle appréciait de tuer, le garçon en aurait presque vomit une seconde fois.

Une fois dans la salle de bain le garçon ouvrit la glace-boîte à pharmacie et commença à farfouiller des les médicaments jusqu'à tomber sur une boîte de valium (un anxiolytique avec effet somnifère). Bryan fixa la boîte quelques instants et envoya ses principes se faire foutre. Dans l'état actuel des choses il avait besoin de dormir et de se calmer, et il avait besoin d'une aide chimique. Il prit deux cachet et les enfourna puis avala une bonne goulée d'eau de la bouteille qu'il trimbalait encore pour faire passer le tout.

L'américain se glissa ensuite dans une chambre vide, apparemment occupée d'habitude par un enfant et ferma le verrou de la porte. Il se faufila ensuite dans le petit lit après avoir posé le FA-MAS sur la table de nuit et ferma les yeux, attendant le sommeil.

Après tous ces évènements et les cachets qu'il avait pris, le stress ne pu pas l'empêcher bien longtemps de s'endormir...

_________________

Revenir en haut
Deborah Carter
MessagePosté le: Mar 13 Jan - 00:22 (2009)  Repos ! --> Répondre en citant

Hors ligne
Militaire Recrue
Militaire Recrue


Inscrit le: 21 Avr 2008
Messages: 15
Barre De Vie:
Barre de Stress:
Arme: Famas
N°: 0
Parano
Message RP: 15
Moyenne de points: 1,00

Deborah faisait toujours ce rêve : elle était un mec, un vrai. Elle avait le torse, le pénis, les roubignoles… Un VRAI mâle ! Mais comme souvent, ce rêve se finissait mal. Au final, elle n’était qu’une pauvre lesbienne fauchée flasque et laide. Et, même si ça pouvait paraitre homophobe de sa part, elle refusait d’être une lesbienne ! Elle était juste faite pour être un gars.

Elle se réveilla en sursaut lorsqu’Anne lui ficha une baffe pour la réveiller. Il était déjà dix-huit heures… Elle ameuta tout le monde dans une même chambre. Sauf Bryan qui devait bien dormir car elle avait beau cogner à la porte, il ne voulait pas ouvrir

OK ! C'est tant pis pour toi. Alors… Qui est mort ?
demanda la jeune fille avec un sourire aux lèvres comme s’il s’agissait d’un divertissement dont on attendait impatiemment la suite. Mais pour elle, ça l’était… Elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam ces élèves. C’était bien triste mais elle se fichait qu’ils meurent du moment qu’elle, Emi (les femmes d’abord), Bryan et « Deborah/Billy/John/peut-être-autre-chose-si je change-d’avis » survivent.

Mais elle se rendait bien compte que son comportement n’était pas des plus rassurants et que si elle continuait comme ça, les deux élèves et peut-être même Deborah la quitteraient. Mais cette pensée était celle d’une lâche.

Pff… J’ai pas besoin d’eux moi d’abord ! Je peux très bien m’en sortir.

Oui Anne est une grande fille, c’est bien… Mais pour l’heure, c’était le rapport et il fallait se concentrer. Anne écouta d’une oreille le nom des élèves, elle se souvenait vite fait de leurs gueules mais elle s’en foutait légèrement. Quoi que ça avait son importance. Ce qui l’intéressait, c’était les circonstances de leurs morts. Deborah, quant à elle, était très attentive, telle une élève qui prenait sérieusement son cours.

Et finalement, l’américaine fut choquée par le nombre de morts ! Notamment par la mort des deux recrues : elle les trouvait plutôt mignonne et leur aurait bien demandé leurs numéros après son opération… Mais il ne fallait pas parler comme ça des morts, c’était mal !

Pour Anne, la mort des militaires était une grosse défaite. Elles avaient succombé à des merdeux de quinze-seize ans mous et boutonneux. Certes Anne n’était pas plus vieille qu’eux mais… Bref, elle fut indignée par leur mort mais leur adressa une petite pensée. Rho et puis si elles sont mortes, elles sont mortes ! Elles s’en foutent qu’on pense à elles là où elles sont : en train de pourrir dans une rue du village.

Enfin vint la fin du rapport. Un peu comme une bonne femme qui attend de savoir si Melissa va découvrir la liaison entre son mari Doug et sa meilleure amie Sally, Anne était impatiente de savoir qui avait bien pu commettre un petit crime. Et stupidement, elle lâcha comme si les scénaristes n’avaient pas d’imagination :

Mais on le savait déjà ! Enfin je veux dire… Ca aurait pu être pire : on aurait pu dire notre localisation et ça, ça aurait été franchement con. Maintenant, tout ce dont tu peux t’inquiéter c’est que… Alex ? Bref tout ce dont tu peux t’inquiéter c’est que la nana du gars prenne sa revanche et qu’elle te bute. Parce qu’il avait l’air de chercher une nana, nan ? Ou peut-être que c’était un mec ? Je me disais bien qu’il était efféminé mais bon, sur le coup j’ai pas percuté ! Deborah, il traine dans les mêmes boites de nuit que toi ? Tu l’as déjà vu dans la salle d’attente d’une clinique chirurgicale ?

La québécoise venait tout juste de se rendre compte des conneries qu’elle venait de sortir, et elle devait devenir vachement lourde. Elle préféra se retirer, laissant les deux élèves avec sa coéquipière qui savait mieux s’y prendre qu’elle. Mais avant de redescendre, elle ajouta :

Hey la môme. Si la veuve folle se pointe, on lui fait la peau. A nous quatre, on la fout à terre les mains dans le dos !

Se voulant rassurante, elle ne devait pas vraiment arranger le cas d'Emi.

Elle y croyait sérieusement. Elle ne connaissait pas la veuve folle en question et pour elle, ce n’était qu’une gamine qui devait chialer en ce moment en pensant à son défunt petit ami qu’elle aurait quitté deux mois plus tard de toute façon… Mais elle ne connaissait pas les élèves redoutables de cette classe et vu la barbarie de certains meurtres, elle ferait peut-être mieux de se méfier. Mais trop peu pour elle.

Deborah, toujours en haut, tenta de calmer la situation du mieux qu’elle pouvait.

Euh… Anne est vraiment conne. Tu sais, j’ai moi-même perdu deux amies vous voyez… Mais… Et merde comment elle fait Anne pour ne pas s’en soucier à ce point ?!

Elle l’enviait. Bah oui, elle aimerait bien ne pas s’en soucier, considérer chaque mort comme une simple mort d’une personne qu’elle ne connaissait pas. Mais Deborah possédait quelque chose qu’on appelle éthique, dont Anne était apparemment dépourvue. Mais était-ce vraiment indispensable ? Elle avait l’air de bien vivre sans…

A la vue des deux pauvres élèves, elle avait envie de leur faire un petit câlin. Mais Bryan refuserait sûrement. Quant à Emi, elle n’en savait strictement rien mais ne préférait pas essayer… !

Bon, qu’est-ce que tu dirais d’un peu de bouffe ? J’espère qu’aucun de tes amis n’est mort ! Ca risque de te couper l’appétit ce genre de drame. Mange, vraiment, ça peut te faire que du bien. Regarde, moi aussi je vais manger.

Elle avait l’impression de s’adresser à un chiot qui ne comprenaient pas ce qu’elle disait. Une maitresse qui s’obstine à parler à son toutou : voilà de quoi avait l’air Deborah.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé
MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:26 (2018)  Repos ! -->






Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Sujet suivant
Sujet précédent
Page 1 sur 1
Battle Royale : Next Génération Index du Forum -> Charlieu [Lock] -> F5

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
AdInfinitum v1.00 ~ mikelothar.com


Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com